Mercredi 18 décembre, 11h. Je rentre au Musée canadien de l’histoire tout fébrile. Ça fait quelques semaines que le monsieur barbu casqué avec le gros manteau de pouèle et une épée me fait de l’œil, depuis sa grosse affiche posée devant le musée. Sur le fond de ciel de tempête avec de la neige virevoltante, il a l’air de me dire qu’il est plus fort que moi et que j’aurais raison de changer de trottoir si on se croisait par hasard. Parce que Monsieur (je vais l’appeler Sven, tiens!) est Viking et que dans la tête de pas mal tout le monde, ça signifie qu’il part en drakkar avec sa bande de brutes sanguinaires dans le seul but de réduire en poussière des villages entiers ou de ramener les indigènes des contrées explorées comme esclaves. Sven est Viking et les Vikings, c’est impressionnant.

Dans le couloir menant à la salle d’exposition, venant du Statens historiska museet en Suède (le design impeccable et épuré nous confirme cette provenance), je remarque tout d’abord sur le mur d’énormes silhouettes menaçantes, armes à la main, en pleine action. On sent quasiment le vent glacial de l’hiver scandinave qui nous décoiffe le toupet. Pourtant, ces silhouettes sont en fait les « ombres » de gens (bidimensionnels, dans ce cas-ci) comme vous et moi (à mille ans près) qui vaqu'ent à leurs vies de tous les jours. Hommes, femmes, enfants, visiblement de différentes classes sociales, sont là pour nous accueillir et étrangement, personne ne semble vouloir m’arracher la tête pour faire de mon crâne une coupe pour boire son eau-de-vie. Même ceux vêtus pour la guerre semblent plus sur le point de me demander mon passeport et la raison de mon séjour chez eux. Sûrement pas la famille de Sven, ce grand guerrier sanguinaire!

Mme Bianca Gendreau, gestionnaire au Musée canadien de l’histoire, m’explique que l’exposition a pour but de démystifier ces peuples nordiques dont la réputation est, m’explique-t-elle, exagérée ou carrément erronée. S’il y avait bel et bien des guerriers (hommes et femmes) qui partaient en mer pour piller des contrées lointaines, le commun des mortels, lui, était bien tranqu'ille à labourer son champ. Elle me dit que l’art jouait un rôle très important, si surtout décoratif. Elle me montre des exemples d’objets de la vie de tous les jours comme des peignes (oui oui!), des bijoux, des ustensiles, des outils. Un îlot montre que plusieurs des objets retrouvés dans les sépultures proviennent d’ailleurs dans le monde, souvent de régions avec lesquels ces gens avaient fait des échanges et du commerce : par exemple, cette statuette de Bouddha originaire du nord de l’Inde actuelle et ces coqu'illages provenant de la péninsule arabe. J’ai passé plusieurs minutes captivé par l’écran où une carte du monde animée nous explique l’origine des objets exposés par rapport à l’endroit où on les a retrouvés. Car qui dit « carte du monde » et « animée » dit « André ben ben ben énervé »… et je n’avais pas fini de l’être!

photo 8
Bien préservée pour une vieille de 1000 ans...

Partir en viking

Au fait, et ça me sera confirmé par plusieurs panonceaux au cours de la visite, le mot « viking » ne fait pas référence à un peuple unifié mais bien à une action, soit celle de partir en expédition, à des fins de pillage ou de commerce. Donc, des gens sont « partis en vikings » un peu partout en Europe, dans le nord de l’Afrique, au Moyen-Orient et oui, en Amérique du Nord. Mais ce n’est pas tout le monde qui partait en viking, non! On parle de gens qui ont même défendu leur communauté contre ces guerriers qui passaient par chez eux, pourtant bien en Scandinavie!

Dans cette exposition, c’est un peu ce qu’on fait. On part en viking mais pour développer de nouvelles connaissances et ce qu’on va détruire, ce sont les mythes et légendes qu’on entretient vis-à-vis ces peuples. Je ne vous ferai pas un résumé de tout ce que j’ai appris pendant l’expo; ça serait trop l'ong. Par contre, il y a certaines choses que je ne peux passer sous silence. Je vous ai déjà parlé de la carte animée présentant des trouvailles d’un peu partout dans le monde; et bien il y a plus! Plusieurs écrans tactiles interactifs vous proposent des activités. Par exemple, dans la section portant sur les vêtements que portaient ces gens, on peut jouer à habiller des personnages. On peut choisir un homme, une femme, des enfants, de classe moyenne ou esclaves, etc. Bref, l’idée, c’est de le vêtir sel'on son statut social et ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air! On peut aussi creuser dans le sol (virtuellement, on s’entend) pour comprendre comment les chercheurs ont mis la main sur tous ces artéfacts, on peut regarder une présentation multimédia sur les membres du panthéon nordique (Odin, Thor, Frigg, Tyr et autres), en apprendre sur les Völvas, les Nornes et les Valkyries, ces femmes envoyées par Odin pour recueillir les guerriers méritant le Valhalla ou en épargner d’autres.

Certains artéfacts passent mieux le test du temps que d’autres et si ceux en métal ou en pierre sont encore en bon état (même si les épées ne sont plus aussi reluisantes que jadis, je ne voudrais pas qu’on essaye de m’en donner un coup!), ce qui était jadis du bois a disparu depuis belle lurette. Malgré cela, on a quand même réussi à reconstituer une partie de bateau en n’utilisant que des pièces d’origine. Comment, me demanderez-vous? Je vous laisse y penser… Au pire, vous aurez la réponse à l’expo!

Une des grandes qualités de cette exposition est qu’il n’y a pas d’ordre particulier à suivre pour la visiter. On passe d’une station à une autre à notre guise, on observe les superbes grosses photos au mur, les jeunes peuvent participer aux ateliers proposés quotidiennement et surtout, on apprend que l’image du Viking au casque cornu et à l’imposante stature est une invention assez récente… Si Sven était guerrier (ce dont je doute de plus en plus), son casque ressemblait sans doute à celui que vous verrez près de la sortie. Vous verrez aussi une paire de cornes que vous pourrez monter contre ce casque pour projeter une ombre familière au mur. Car si la réputation des Vikings a été faussée au travers les siècles, à l’instar de cette image du casque cornu, l’empreinte indélébile qu’ils ont laissé dans notre imaginaire collectif n’en demeure pas moins pleinement méritée.

Pour complémenter votre visite, le Théâtre IMAX présente le film Vikings pendant toute la durée de l’exposition. À ne pas manquer!

photo 6
L'ombre et le mythe...

Vous cherchez des suggestions sur quoi faire après votre visite au Musée? C'est au www.tourismeoutaouais.com que vous les trouverez!

Thématiques

Art, culture et musées

Ne manquez pas d’inspiration

Abonnez-vous à notre infolettre.

À tout moment il vous sera possible de vous désabonner.

À propos du blogue

Politique de confidentialité.

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER