Je ne suis pas un pêcheur. À part un achigan que j’ai attrapé (enfin… il a mordu à mon hameçon mais c’est probablement un des adultes dans le bateau qui l’a ramené) quand j’avais 5-6 ans et quelques crapets soleil du bout du quai au chalet de mon oncle et de ma tante, je n’avais jamais vécu le proverbial « trip de pêche » avec des chums.

Quand on m’a demandé d’écrire sur le Domaine du lac Bryson, je me suis dit que pour que mes mots soient crédibles, il faudrait que je vive moi-même l’expérience. Quelques courriels et téléphones plus tard, je réserve du 17 au 19 mai dans mon calendrier et me voilà en route pour le fin fond du Pontiac avec mon ami Christian, en pleine saison de la truite, pour mon premier séjour en pourvoirie à vie! Voyez plutôt!

La route qui mène au Domaine nous rappelle qu’on laisse la civilisation loin derrière pour quelques jours. Denis LeBrun, propriétaire de la pourvoirie depuis 1993, nous apprendra que c’est le début de la saison et que celle-ci sera entretenue par la municipalité dans les prochains jours, juste à temps pour l’été. En arrivant au Domaine, la grande arche à l’entrée a de quoi impressionner. On la franchit et tout de suite, c’est le coup de foudre! Un vrai petit coin de paradis où on passera les prochains jours! On rencontre Denis au lodge et tout de suite, on se sent entre bonnes mains. On a affaire à un homme passionné de pêche et de chasse, avec le plus grand respect pour la nature et un souci évident du bien-être de ses invités. On fait un rapide tour du lodge; dans la grande salle, divans, tables de billard et de ping-pong, jeux de société et une écran géant au cas où des clients ne voudraient pas manquer un match important, par exemple. C’est le seul endroit sur le site où on a accès à internet (il y a d’ailleurs un ordinateur de courtoisie) et c’est bien parfait comme ça. Ça force à décrocher! Bien sûr, on a une superbe vue du lac Bryson et des quais, où les chaloupes n’attendent que de partir à l’aventure. De l’autre côté du lodge se trouve la réception et un petit magasin où on trouve de tout pour la pêche. Aux murs, les spécimens d’animaux empaillés proviennent tous d’ici. Denis me vend mon permis de pêche (mon premier à vie) et nous remet la clé de notre appartement, qui se trouve dans une petite auberge non loin du lodge. On y dépose nos choses et on rejoint Denis pour une petite visite des lieux.

 

2016-006-03-Content-C.jpg
Ma première grosse mouchetée! Pas mal fier!

 

On parle ici d’un domaine de 140 km2, répartis autour du majestueux lac Bryson. On y trouve quelques plus petits lacs, tous avec droits exclusifs, et des paysages à couper le souffle. Des traces d’orignal très fraîches sont bien visibles sur le chemin que nous empruntons pour notre tournée. Il y a ici 15 chalets répartis sur le territoire (cinq près du lodge et les autres plus éloignés), parfaits pour des familles qui veulent passer un bon moment en nature. Les forfaits sont d’ailleurs extrêmement intéressants! Comme nous sommes tôt en saison, il n’y a pas encore grand monde dans les chalets. Un groupe d’Américains dans l’un d’eux, deux hommes de Gatineau venus chasser l’ours et nous. La sainte paix, quoique même en haute saison, les chalets promettent intimité et communion avec le grand air et la nature.

C’est le lendemain matin que Denis nous amène au lac Colin, où on ne retrouve que de la truite mouchetée (ou omble de fontaine). Magnifique petit lac! À part le huard, quelques loutres et un urubu qui volait au-dessus de nous, nous sommes absolument seuls. Du moins jusqu’à ce que les truites commencent à mordre! Mais la beauté de la pêche, c’est qu’on n’est pas pressé. On jase, on rit, on admire le paysage entre deux prises, et Denis nous parle de sa pourvoirie et de la pêche en général. On voit dans ses yeux et on sent dans sa voix qu’il est passionné! Denis, Christian et moi-même avons pêché huit truites sans efforts. Alors que nous rentrions au quai, une neuvième belle grosse mouchetée de 18’’ a mordu à mon hameçon! Pour une première vraie expérience de pêche, y a de quoi être fier!

 

2016-006-03-Content-D.jpg
Un chalet sur une île du lac Bryson

 

En après-midi, nous nous attaquons au lac Bryson lui-même, et plus particulièrement à ses truites grises (ou touladi). La saison du doré et du brochet n’est pas encore commencée alors nous ne pourrons pas nous essayer pour le « Grand Chelem du lac Bryson ». Le quoi???, demanderez-vous? Le grand chelem, nous explique Denis, c’est quand un pêcheur réussit à prendre les quatre principales espèces de poisson (touladi, omble de fontaine, doré, brochet) dans un même voyage de pêche. Pas aussi évident que ça en a l’air puisqu’on ne pêche pas tous ces poissons de la même manière ni aux mêmes endroits. Très rares sont ceux qui le réussissent en un seul voyage. De quoi se vanter un bon bout de temps, si ça vous arrive! On fait le tour du lac en bateau, Denis nous parle aussi de la chasse sur son territoire (chaque groupe de chasseurs se voient assignés à un secteur bien à eux), on s’arrête à différents chalets, on coupe les moteurs à différents endroits et on met nos lignes à l’eau. Malheureusement, le printemps se fait attendre cette année et comme l’eau du lac est encore froide, difficile de savoir à quelle profondeur se tiennent les truites. Nous reviendrons bredouilles de notre après-midi de pêche mais tout de même le sourire aux lèvres. Christian et moi mangerons de nos prises du matin pour souper!

 

2016-006-03-Content-I.jpg
Splendide coucher de soleil!

 

Le lendemain, on pense malheureusement déjà au départ. Pendant que nous déjeunons, il y a de l’activité en bas, près du lac. Un de nos voisins a tiré un ours la veille! Je ne suis pas chasseur non plus mais je dois avouer que c’était une belle prise! En partant, Christian et moi étions d’accord sur plusieurs points. Denis nous a réservé un accueil incroyable et l’endroit est magnifique. À mes amis qui ont des petites familles, le Domaine du lac Bryson a tout ce qu’il faut pour montrer à votre marmaille à pêcher et jouer dehors pour vrai. Pour ma part, la question n’est pas de savoir si j’y retournerai; c’est de savoir QUAND! J’ai eu la piqûre et j’ai en masse de chums qui vont vouloir essayer le Grand Chelem. On se dit donc à bientôt!

 

2016-006-03-Content-G.jpg
Beau coup d’œil!

2016-006-03-Content-J.jpg
Un fier chasseur que nous avons rencontré

Ne manquez pas d’inspiration

Abonnez-vous à notre infolettre.

À tout moment il vous sera possible de vous désabonner.

À propos du blogue

Politique de confidentialité.

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER