Un petit village d’environ 900 âmes. Un festival rock qui attire près de 200 000 visiteurs de partout sur le globe. Incompatibles, direz-vous? Non puisque c’est ce qui arrivera à Montebello pour la 10e fois du 18 au 21 juin à Montebello avec le Amnesia Rockfest.

Pour un festivalier, c’est fou. Les décibels, le soleil et le contact humain (possiblement assez physique dépendamment d’où vous vous trouvez par rapport à la scène) en font un rendez-vous à ne pas manquer pour les amateurs de musique pesante. Certains visiteurs ont même atteint un statut iconique, comme le Gars en bobettes, Yessir Miller et le gars qui fait du crowdsurfing en chaise roulante. Mais qu’en est-il des résidents? Ont-ils le point en l’air, index et auriculaire pointés vers le ciel?

Le gars en chaise roulante. Photo: Étienne Ranger, Le Droit

 

Voici ce que ma collègue Natacha Carrières, qui gère le bureau d’information touristique de Montebello, a à dire à ce sujet.

André : Bonjour Natacha! Peux-tu nous parler de l'ambiance dans le village dans les jours avant le début du Rockfest? Y a-t-il une fébrilité dans l’air?

Natacha : L'ambiance est à la fête, plein de festivaliers arrivent bien avant le début des shows. C'est agréable, ça bouge, c’est le party mais ça se passe bien.

A : Remarques-tu une différence d’année en année depuis la première édition?

N : Oui, définitivement, depuis 4 ans, ça a complètement changé, les festivaliers prennent d'assaut le village de Montebello, alors qu’au début, c’était pas mal plus modeste.

 

Car il ne faut pas oublier que les premières années du Rockfest attiraient quelques centaines de personnes et que les têtes d’affiches de l’époque étaient souvent des groupes québécois comme Grim Skunk ou Deadly Apples, le groupe d’Alex Martel, président fondateur de l’événement. Disons que la notoriété de l’événement s’est accrue autant auprès des fans de punk et de métal de la planète qu’auprès des Korn, Marilyn Manson, Offspring, Rancid et autres System of a Down du monde de la musique pesante. Quand on dit que des gens viennent d’Australie, du Japon, de l’Europe et de partout en Amérique dans un petit village de l’Outaouais, c’est la preuve que l’événement a du sex-appeal!

 

A : Qu’est-ce que tu aimes le plus pendant le Rockfest?

N : L'esprit de party qui règne partout. Les gens sont gentils et je vois très peu de situations négatives. Les gens créent des liens et personne n’est là pour faire du trouble.

A : As-tu une anecdote drôle ou particulière que tu peux nous partager à propos du Rockfest?

N : Il y a des jeunes qui se brossent les dents au dessus des bouches d'égouts un peu partout, des jeunes qui nous demandent de faire fondre de la gélatine au micro-onde pour faire leurs pics de cheveux sur la tête, des jeunes qui se changent directement dans l'accueil de notre bureau d’information. On en voit de toutes les couleurs!

Un très coloré personnage! Photo: Natacha Carrières

 

A : À quoi ressemble le village pendant le festival?

N : Rien à voir avec le quotidien, tout est différent, le village n'appartient plus aux résidents mais aux festivaliers. Il y a des gens partout, partout, chaque terrain est occupé par des tentes ou des voitures car les villageois hébergent chaque année des festivaliers. Même le terrain de l'église est méconnaissable!

 

Surtout quand Tim Armstrong de Rancid fait un spectacle surprise devant l’église en question…

 

rockfest3
Un camping temporaire! Photo: Natacha Carrières

 

A : Toi, comment vis-tu le Rockfest au travail? Dans ta vie personnelle?

N : Au travail c’est amusant, les festivaliers sont gentils et notre rôle est de les aider, voir dépanner; on leur remet la programmation, on les aide à trouver un camping car tout est réservé des mois à l’avance. Moi je trouve ça le fun, rafraîchissant; j'ai un camping temporaire chez moi alors je m'occupe de mes invités et je les chouchoute. Par contre quand ça finit, ouf! Ça fait du bien, le retour au calme! Ce qui est difficile c’est que durant le Rockfest on ne sort pas du village, tout est bloqué!

 

Bref, Montebello devient une planète à part le temps d’un week-end. Une planète qui vibre à grands coups de guitares électriques et à compter de cette année, à l’humour aussi! En effet, on a rajouté ce volet cette année parce que quoi de mieux qu’une bonne dilatation de rate entre deux signes du devil? Les rockstars de l'humour Steve-O de Jackass, l'inimitable Tom Green et notre Mike Ward bien à nous seront là parmi vos groupes préférés!

 

Donc, fans de métal, de punk ou de hard rock, Montebello, ses habitants et ses commerçants vous attendent! Et si vous avez besoin de quoi que ce soit, Natacha et sa super équipe seront là pour vous aider.

Bon 10e anniversaire, Rockfest! Et merci de nous gâter encore une fois avec une programmation de feu!

P.S. Si vous n’avez pas encore vos billets, dépêchez-vous de les réserver ici!

Ne manquez pas d’inspiration

Abonnez-vous à notre infolettre.

À tout moment il vous sera possible de vous désabonner.

À propos du blogue

Politique de confidentialité.

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER