C’est drôle comment les souvenirs ressurgissent, des fois. Rarement de quoi recréer la scène au complet, plus souvent qu’autrement quelques secondes décontextualisées, comme un vieux Polaroid jauni qui s’anime brièvement avant de se figer dans le temps, avec quelques détails insignifiants qui se sont gravés dans notre mémoire mais pas nécessairement dans celle des autres. On devient en quelque sorte le gardien d’un moment, le coffre-fort d’une vérité qui n’existe plus nulle part ailleurs que dans les méandres de notre subconscient.

Pendant plusieurs années, j’ai eu ce genre de flash en longeant la rue Montcalm, dans le secteur Hull. En regardant un ruisseau de la Brasserie pratiquement à l’abandon, des flashs de moi beaucoup plus petit, pas mal moins solide sur mes lames, de ma sœur avec ses vieux patins blancs de fille et mon père avec les cheveux pas mal moins pâles  me venaient à l’esprit, comme si un vieux film des années 80 ou 90 me rappelait des éléments de mon enfance. Je ne pourrais pas trop m’attarder sur les environs (les BDT n’existaient pas, la Filature non plus, et la Fonderie qu’on voit à l’arrière-plan était encore une vieille usine désaffectée où je rêvais d’aller un jour prendre des photos) mais le trottoir et les marches en bois, les bornes en ciment reliées par des grosses chaînes noires et les ponts des rues Wright et Montcalm me réapparaissaient en tête, vus d’en plein milieu de la glace. De la grosse nostalgie, quoi!

Un souhait exaucé

« Pourquoi plus personne ne s’en occupe? », que je déplorais. Et bien l’hiver passé, la Ville de Gatineau (qui n’existait pas non plus à l’époque, dans le fond) a entendu ma complainte. La patinoire du ruisseau de la Brasserie allait revivre! De l’animation a été proposée par les intervenants des environs et l’expérience fut un franc succès, autant auprès des nostalgiques comme moi qui y remettaient les patins pour la première fois depuis 1998 ou de nouveaux venus qui n’ont pas connu la patinoire originale mais qui étaient visiblement très heureux de pouvoir patiner au centre-ville de Gatineau. J’étais heureux de naviguer entre les petits enfants tombés sur leurs foufounes, les ados avec leurs gilets du CH qui s’amusaient, bâtons d’hockey  à la main, et même le monsieur en costume de lycra avec ses patins de vitesse qui faisaient ses longueurs. J’étais heureux d’y retourner en soirée et de profiter des animations à la Filature, qui offrait aussi du chocolat chaud aux patineurs. Au lieu d’une vieille photo pâlotte avec une date écrite au stylo Bic à l’arrière, c’est en millions de pixels que ces nouveaux souvenirs sont sauvegardés dans ma mémoire.

Cette année, la patinoire est prolongée jusqu’aux Brasseurs du temps et toute une programmation culturelle et festive a été élaborée à cet endroit, feu de camp inclus. Dame Nature n’a pas rendu la vie facile à la pauvre glace depuis le début de la saison mais si on se fie aux commentaires sur sa page Facebook, les gens aiment leur patinoire et ont hâte d’y retourner! C’est d’ailleurs ce que je me promets de faire dès que les conditions le permettront. Ça peut d’ailleurs faire une superbe activité de semaine de relâche avec les enfants! Si vous êtes de l’extérieur et que vous séjournez à Gatineau, le ruisseau est hyper central et facilement accessible de la plupart des grands hôtels (juste en face du Crowne Plaza et moins d’un kilomètre des Suites Victoria, à titre de référence).

Alors même si Dame Nature fait sa difficile cette année, je longe maintenant la rue Montcalm et au lieu de vieilles images décolorées au contexte approximatif, c’est aux hivers prochains que je rêve avec le sourire.

 

Pour plus d'info sur la région, visitez le www.tourismeoutaouais.com.

Photo de couverture: Natalia Barreto

Ne manquez pas d’inspiration

Abonnez-vous à notre infolettre.

À tout moment il vous sera possible de vous désabonner.

À propos du blogue

Politique de confidentialité.

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER