Dormir dans le parc de la Gatineau en hiver

Publié le 9 février 2018

Texte et 📸 de couverture : Martin Desbiens

Ceux qui me suivent sur La Santé et Plus savent que le parc de la Gatineau est, hiver comme été, mon terrain de jeu préféré. L’accessibilité et la diversité sont de loin ce qui m’amène à y pratiquer mes activités coup de cœur. La saison hivernale est celle que j’affectionne le plus, car elle m’apporte une tranquillité dont j’ai besoin pour me ressourcer.

Un beau week-end en vue!

Le 13 janvier dernier, nous étions quatre couples d’amis à nous rendre au village de Wakefield, situé à 30 minutes de Gatineau, pour marquer le point de départ d’un week-end en prêt-à-camper dans le parc de la Gatineau, parc géré par la Commission de la capitale nationale. Destination, le refuge du lac Brown.

Pour un tel séjour, la planification est la clé pour rendre votre expérience inoubliable. Ainsi, avant votre départ, les repas et le matériel doivent être judicieusement planifiés. Or, une de mes forces est justement la planification. Ainsi, quelques jours avant notre départ, j’ai convoqué tout le groupe pour une discussion via un « chat » de groupe pour élaborer notre plan de match. De plus, trouver une alternative pour nous rendre au refuge était aussi prévue à l’agenda, car tout portait à croire que la piste de ski menant au refuge serait impraticable dû aux nombreux soubresauts de Dame Nature.

Un séjour qui se prépare!

Samedi midi, nous sommes fin prêts à partir vers notre destination. Le Brown possède plusieurs atouts qui en font un refuge de choix à bien des égards. Dans notre cas, le service du transport des bagages et de l’eau pour notre séjour était inclus dans notre forfait. Ceci étant dit, ça simplifie la planification mais cet ajout a un prix et il faut être quand même prêt à débourser la somme nécessaire. Par contre, il est aussi possible de s’y rendre en « sac à dos » avec tout ce dont vous avez besoin mais la planification du matériel et de la nourriture doit être faite de façon plus rigoureuse. Vous devez être en mesure d’apporter le tout incluant l’eau pour le séjour. Pas de panique! Vous pouvez toujours faire fondre de la neige au besoin. De plus, le refuge possède déjà tout pour cuisiner (chaudrons, vaisselle et ustensiles) et un système de chauffage d’appoint au gaz qui assure un certain degré de confort, et ce, même en pleine nuit, ce qui fait qu’un sac de couchage 3 saisons suffit.

 

Martin Desbiens
Martin Desbiens

Débarquement des bagages au Refuge

Côté bouffe, d’un commun accord, nous avons choisi d’aller avec une fondue comme repas principal. Occasion parfaite pour engager des discussions, rigoler et faire durer le plaisir! Sans tous les iPhone et iPad de ce monde, nous avons su recréer une soirée qui semblait être d’une autre époque : fondue, jeux de société, chants autour du foyer, le tout dans une ambiance d’autrefois éclairée à la chandelle.

À refaire!

Bien entendu, le plein air et les sports d’hiver étaient la raison principale de notre week-end, mais, avec du recul, je réalise que ce séjour a été bien plus. Les pistes de ski étant impraticables lors de notre séjour, nous avons fait de longues marches dans les sentiers de raquettes, pris le temps de discuter, d’admirer les environs, d’alimenter le feu, de préparer les repas en groupe. Bref, toutes ces choses bien simples ont occupé notre séjour et nous ont permis de resserrer les liens d’amitié qui nous unissent tout en nous ressourçant.

J’adore l’Outaouais! Un instant, vous êtes en ville et l’autre, vous vous retrouvez en plein nature dans un parc de conservation.

Il n’y a pas à dire, nous avons vécu une expérience plus que concluante. Une expérience à refaire!

 

Martin Desbiens est un passionné de ski et de vélo et le parc de la Gatineau est son terrain de jeu. Il fait la promotion d’un mode de vie sain sur sa page Facebook La Santé et Plus!

Mots clés

chalet, Parc de la Gatineau, raquettes, ski de fond

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER
Partager
Facebook Twitter Email