Mission russe : flagellation et vodka

Publié le 14 mars 2018

Toujours avide de tenter de nouvelles expériences, n’écoutant que mon courage, j’ai accepté une invitation bien spéciale venue directement de la Sibérie.

Offert depuis novembre dernier, le traitement Banyä au Nordik Spa-Nature est vraiment une expérience à part. Si vous pensez qu’on y va pour faire le vide et être en paix avec soi-même, c’est que vous vivez dans le Dënÿ, une région au nord de la Russie.

Le Banyä, c’est fait pour les vrais, ceux qui n’ont pas froid aux yeux, ou du moins ceux qui veulent découvrir de quoi ils sont faits.

L’expérience, qui dure une heure, est séparée en quatre étapes.

La sudation (ou comme le Nordik le dit, l’infusion aux veniks), l’exfoliation, la flagellation et les flammes de l’enfer. Bon, la dernière, c’est pas vrai, mais c’est comme ça que je l’ai vécu.

Tout d’abord, on nous explique, à notre groupe de trois (d’habitude, le groupe peut comprendre une douzaine de personnes), que le traitement Banyä est inspiré d’une tradition russe millénaire. On trinque ensuite avec un shooter de vodka infusée au cerfeuil, garni d’une tranche d’orange et d’un grain de café. J’adore déjà ma vie.

On entre ensuite dans le sauna où nous vivrons l’expérience pour toute l’heure. Une sorte d’arène avec un gros chauffe-roches au centre. Mon chum choisit l’endroit le plus haut (et donc le plus chaud) pour s’asseoir. J’ai un peu la trouille de tomber dans les pommes avec la chaleur, je choisis la marche du milieu.  

Deux charmants et expérimentés Sauna Meister (maîtres sauna?) entrent et nous expliquent ce qu’ils vont faire pour chaque étape. La première, c’est la sudation, ou plutôt, l’infusion aux veniks. Dans une bassine d’eau trempent des branches de bouleau regroupées en une sorte de balai. Ce sont les veniks. Tout en nous expliquant que le bouleau produit une huile essentielle aux vertus anti-inflammatoires et purifiantes, les Sauna Meister sortent les bouquets de l’eau et les secouent au-dessus des roches chaudes. La vapeur se produit, et ça sent bon, ça sent le « vert ».

Attention, elle a des veniks dans les mains.

Les yeux fermés, je sens soudainement une pluie tiède qui me tombe dessus. On secoue les feuilles de bouleau au-dessus de ma tête et c’est franchement très agréable. On passe les balais sur mes bras, mes jambes. C’est très relax. Après une quinzaine de minutes de ce traitement, on nous invite à sortir du sauna pour boire de l’eau. On fraternise avec l’autre cobaye. On s’entend tous pour dire qu’on vit une expérience spéciale, loin des bains-tourbillon. Tout est cool.

La pause est terminée, on rentre dans le sauna et on passe à la deuxième étape : l’exfoliation. On jette de la neige infusée à la lavande sur les pierres chaudes. L’air se charge de vapeur et nos deux Sauna Meister se mettent à tournoyer des serviettes au-dessus de leur tête comme une pizza. On reçoit des vagues de chaleur en pleine tronche. Les pores de peau s’ouvrent, c’est maintenant le temps de s’exfolier. Nous recevons chacun un petit plat contenant un mélange d’huiles et de sel. Je ne me fais pas prier pour m’enduire de cette concoction. Exfoliation, je crie ton nom en russe. Oтслоение!!! Mon Sauna Meister me demande si je veux un seau d’eau pour me rincer. Bien huilée et salée comme un petit poulet, je dis oui, sans savoir que l’eau en question est un tantinet frette.

On sort une deuxième fois du sauna, full réveillé. Pendant cette pause, on nous donne des quartiers de pomme marinés dans du thé et du miel. Ça nous ravigote et nous sommes prêts à passer à la troisième étape : la flagellation. Les Sauna Meister ont un étrange sourire qui n’envisage rien de bon.

Bring it on, сука.

Je suis la première à y passer. Je me couche sur le ventre, en attendant mon triste sort.

Des pieds jusqu’aux omoplates, les branches de bouleau me fouettent légèrement, assez fort pour que ça pince, pas assez pour appeler la sécurité. Je me dis que je vis quelque chose d’extraordinaire, dans le sens de pas ordinaire pantoute. Mon sang circule comme il faut, c’est le but de l’exercice. Après avoir passé sous le fouet l’un après l’autre, nous ressortons du sauna, le temps d’un thé. Encore là, tout le monde jase, heureux et soulagé d’être ressorti vivant; plus vivant que jamais en fait (avec un supplément de feuilles collées sur nos corps).

L’heure de la dernière étape est venue, moins percutante celle-là, mais assez intrigante : on va chauffer le sauna assez pour faire faire fondre Poutine. C’est le rituel Aufguss (qui est un terme allemand qui signifie infusion) et ça se passe en mode festif. Les Sauna Meister n’ont plus ce sourire sadique, ils sont maintenant bienveillants et enjoués. Fiou.

On rentre une dernière fois dans le sauna, prêts à suer comme des cochonnets. À chacun est distribuée une boule de neige de la grosseur d’une balle de balle molle. Nos hôtes mettent de l’huile essentielle de pamplemousse sur les pierres chaudes et ils se brassent la serviette comme s’il n’y avait plus de lendemain. La chaleur monte et je respire à fond les vapeurs bienfaitrices.

Le rituel Aufguss

La musique part. Et quelle musique : Rasputin de Boney M. J’ai presque envie de danser sur ce classique disco, mais j’aurais trop peur de m’effondrer tellement il fait chaud. Je m’accroche à ma balle de neige comme à une bouée de sauvetage. C’est tellement intense! La chanson s’achève. C’est le temps de sortir de cet enfer et de se garrocher dans l’eau glacée. Oh que oui.

Le choc thermique fait son effet. Je ressors du bain tellement détendue, mais à la fois vraiment revigorée. En plus, j’ai la peau lisse et hydratée.

On quitte en saluant tout le monde qui a participé à l’expérience. Et j’ai déjà hâte de la revivre. En gang de filles, peut-être?

Au Nordik Spa-Nature

Quand

Tous les mardis, mercredis et jeudis à 14 h.

Bon à savoir

L'expérience dure une heure. Une heure festive.

Le rituel Banyä
AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER
Partager
Facebook Twitter Email