Ensemble, c'est tout

Publié le 13 juin 2018

*Derrière chaque menu, produit et expérience se cachent des gens passionnés et leur histoire. Partez à la découverte de ces fiers ambassadeurs de l’Outaouais!

La photo que vous voyez plus haut a été prise pour une occasion spéciale. Quelle est cette occasion? L’article que vous lisez en ce moment.

On aurait pu prendre une photo d’un plat préparé par le chef ou un cliché déjà existant d’Isabel et Manu, les copropriétaires, mais non, ils tenaient à ce que tout le monde soit sur la photo. C’est ce qu’on retient quand on rencontre les gens du CoqLicorne. L’esprit de groupe. Christian, le chef, est là depuis le début de l’aventure, comme Isabel, qui sert les clients et qui gère le resto. La blonde de Manu est aux cuisines.

Quand Manu et Isabel se sont rencontrés sur la scène de la relève Gerry-Boulet du Festival l’Outaouais en fête il y a une dizaine d’années, ils savaient qu’ils voulaient entreprendre quelque chose ensemble. Et le duo fut productif : après avoir été à la barre du Festival de l’Outaouais émergent et le Piknic électronik, on aurait pu croire que leur destinée serait reliée à l’événementiel. Mais une autre aventure les attendait : celle d’avoir un restaurant dans le Vieux-Hull. « En collaboration avec Martine Boucher, instigatrice de nombreux projets dans le secteur, on voulait transposer cette ambiance propre aux festivals, comme on entre dans un décor », précise Manu. Rien n’est laissé au hasard : les couleurs, le menu varié, l’art sur les murs, les cocktails, la musique. « Au début, je passais des heures à monter ma liste de chansons. »

 

Crédit photo : Sébastien Lavallée
Crédit photo : Sébastien Lavallée

L’Outaouais en pleine effervescence

« Ce que j’aime de l’Outaouais, c’est que tu peux tout faire. Tu peux entreprendre quelque chose et ça arrive. Il y a de la place pour réaliser ce que tu veux. À Montréal, je ne pourrais pas », explique Isabel.

« On n’est plus une ville dortoir. Ça bouge! » renchérit Manu. Ce ne sont pas les projets qui manquent pour le CoqLicorne. « On veut agrandir, on veut offrir un service de traiteur, et un jour, on veut bâtir une serre sur le toit! » Cultiver les produits comme ils cultivent les liens avec une dizaine de producteurs locaux.

Qu’est-ce qui les rend le plus fiers? Les gens d’ici. L’esprit de communauté. Tout le monde se connait. Depuis peu, les propriétaires des restos du Vieux-Hull se réunissent toutes les deux semaines. « On réalise que chacun dans son coin, ce n’est pas payant, mais que de travailler ensemble, ça vaut de l’or. On va plus loin. »

Ensemble, c’est tout.

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER
Partager
Facebook Twitter Email