Des chevaliers aux superhéros

Publié le 10 juillet 2018

Qu’ont en commun les tortues, les porcs-épics, les escargots, et les tatous? Ils ont inspiré les créatures d’armures! C’est ce que j’ai appris (et bien d’autres choses) à la nouvelle exposition Armure au Musée canadien de la guerre.

On entre dans cette immense pièce avec les yeux grands. D’un côté, d’imposantes armures de la Renaissance provenant du Museo Stibbert, de l’autre, un Iron Man grandeur nature… Je suis surprise de la variété : nous sommes loin du Moyen-Âge. Bien segmentée, l’exposition est disposée en quatre zones.

Dans la première zone, on met en lumière l’armure de combat. Un tableau nous montre les différentes parties d’un attirail complet, avec, ma foi de fort jolis termes : le gantelet, le gorgerin, la poulaine, la cubitière… allez-vous vraiment vous battre avec ça? On dirait des instruments pour faire la cuisine! Comme dans « Me passerais-tu la cubitière, elle est dans le troisième tiroir. »

Plusieurs types d’armures sont présentés, dont de splendides chaussettes dorées finement ornementées, ou d’autres plus rustres, en métal gris. Je vais prendre les dorées, merci beaucoup.


Je passe devant des épées plus longues que moi, des dagues, une arbalète… les armes deviennent de plus en plus pointues, plus menaçantes, plus efficaces pour percer le métal dudit gorgerin. Faut trouver de meilleures méthodes pour se protéger, nous le verrons plus tard dans l’exposition, avec une veste en Kevlar (qui a sauvé pour vrai un policier).

La deuxième zone est dédiée au monde sportif. Deux grands chevaux tout de métal vêtus impressionnent. C’est fou comme la guerre et le sport peuvent se ressembler! Plus loin, je me retrouve devant des casques provenant de plusieurs sports : football, hockey, vélo. Là aussi, c’est fou comme la protection de la tête est récente. Un tout petit rikiki bandeau de cuir qui te protège d’une bande de musclés qui foncent vers toi… bonne chance.


Troisième zone : L’armure pour faire son beau. Cérémonies, défilés, tournois, les excuses sont bonnes pour porter de l’artillerie. On montre son prestige, son pouvoir, son statut. On trouve même dans la collection une armure pour enfant!

– Maman, j’ai envie!

– Vite! Enlève ton gorgerin, ton plastron, ta cubiti…ah.

Zone 4 : Du champ de bataille à la culture populaire

Les armures fascinent. Certains plus que d’autres. Dans cette section, nous pouvons voir quelques pièces de la collection de Frederick Stibbert, un collectionneur du 19e siècle. Et plus loin, deux artéfacts, qui rejoignent mon penchant pour le 7e art : Iron Man en chair et en titane et un costume de Mad Max. On peut même s’approcher de Tony Stark pour prendre un selfie.

Il y a une foule d’activités reliées à l’exposition! Visionnez des films présentés en plein air, créez votre propre blason familial à l’atelier d’héraldique ou fabriquez un gantelet. Tous les détails ici.

Mots clés

Musée

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER
Partager
Facebook Twitter Email