VISITER LA NOUVELLE SALLE DE L’HISTOIRE CANADIENNE AVEC LES ENFANTS

Publié le 14 juillet 2017

Voici un fait vécu.

Deux enfants espiègles. Une mère déterminée.

Une mission : explorer la toute nouvelle salle de l’Histoire canadienne au Musée canadien de l’histoire.

mch2

JEUDI 17 h. Première galerie.

Un mission périlleuse, compte tenu de l’attrait pour cette ouverture fort attendue. Premier constat : arriver au musée un jeudi à 17 h n’est pas la meilleure idée du siècle pour être seul.

C’est gratuit, et y a du monde!

Quand même, les enfants sont enthousiastes de voir, et surtout de toucher aux multiples artefacts dans la première galerie. Très aisément, ils manipulent les objets via les tablettes tactiles devant eux. Tourner, agrandir, pivoter… ils restent plusieurs minutes (un exploit chez nous) à contempler des sculptures en ivoire plusieurs fois millénaire. Une heure plus tard, la visite prend fin. Il est 18 h, les enfants ont faim et nous sortons de la première galerie après une heure de visite! J’ai l’impression d’avoir survolé l’exposition sans avoir rien vu. C’est la réalité avec des enfants. Nous nous promettons de visiter les deux autres galeries le lendemain.

Verdict de Lou, 9 ans : « 8 sur 10. »

Verdict d’Henri, 7 ans : « J’ai aimé toucher au caca de bison, le visage en ivoire et l’arbre avec toutes les familles. »

mch4

VENDREDI 13 h. Deuxième galerie.

Bien déterminés, nous sommes prêts à explorer la deuxième galerie, qui retrace l’époque colonialiste du pays. À mon grand désarroi d’adulte-qui-veut-tout-lire, on passe en vitesse les explications et les peintures. Tout de suite, les enfants sont attirés comme un aimant vers une table lumineuse. Il s’agit en fait d’un jeu – vraiment chouette – qui consiste à bâtir le canton de Southwold, près du lac Érié. Nous sommes au début du 19e siècle, et nous allons coloniser cette terre avec la force de nos doigts! Fabriquer des fers à cheval, distribuer les produits de la distillerie, construire des charpentes ou des routes, ça travaille fort sur les tablettes tactiles! Subtilement, j’essaie de glisser une notion d’histoire aux enfants.

Moi : « Hé la la, que la vie de colon était difficile! Vous rendez-vous compte? »

Eux : (bruit de grillons).

Retiendront-ils quelque chose de cette expérience? Espérons-le!

On continue. Les gars se dirigent vers une station qui les retiendra pendant de longues minutes : créer un député! Henri choisit de configurer son député en ninja. Je ne lui ai pas dit qu’il s’agissait en fait d’une musulmane avec un foulard. La députée-ninja-musulmane doit ensuite débattre d’un projet de loi. Comment on débat au Parlement? Avec roche-papier-ciseau. On en apprend tous les jours! Le projet de loi adopté par le Sénat, on peut jouer les premières notes de l’hymne national. Feux d’artifices et joie! Un hit assuré pour les gars.

Verdict Lou : « 9 sur 10. »

Verdict Henri : « J’ai aimé le tipi, le ninja, faire une affiche et mettre les choses dans le canot. »

VENDREDI 15 h. Troisième galerie.

La troisième et dernière galerie retrace l’histoire du Canada moderne. On passe en vitesse les grandes guerres et l’Expo 67. On s’attarde sur la création du nouveau drapeau canadien : on peut en créer un soi-même et l’exposer sur grand écran! Plus loin, mon plus vieux regarde avec intensité le chandail du Rocket. Il accepte même de poser en sa compagnie, lui qui est un fervent partisan des Pingouins de Pittsburgh. Ensuite, on s’attarde sur l’histoire des pensionnats autochtones. Je lis à mon plus vieux les commentaires des anciens pensionnaires. J’ai le motton. J’espère qu’il retiendra cette partie sombre de notre passé. Henri, de son côté, clique sur ses chansons québécoises préférées. Il se dandine sur « Le blues d’la métropole », de Beau Dommage.

Il est déjà 17 h. Nous sortons du musée avec mille images en tête.

« Voulez-vous revenir, les gars? »

« Ouiiiiiiii!!! »

Verdict Lou : « 9 sur 10, pour le hockey. »

Verdict Henri : « J’ai aimé tous les jeux!!! »

mch5

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER
Partager
Facebook Twitter Email