Rêver la région avec Michel Merleau

Publié le 14 octobre 2021

Il y a bien longtemps que le désir de développer un verger est ancré dans l’esprit de Michel Merleau, copropriétaire du Verger MerleauCe qui a commencé comme projet de retraite s’est tranquillement transformé en une entreprise familiale prometteuse ! Aujourd’hui, le Verger Merleau est le seul verger exploitable de la Vallée-de-la-Gatineau et le septuagénaire peut donc dire « mission accomplie » ! 


Un retour aux sources

Pourquoi avoir choisi l’Outaouais pour démarrer un verger ? 

« Ce n’est pas bien bien compliqué ! Je suis revenu chez moi ! J’ai acheté une terre en 1987 – et une maison – et j’avais comme projet de retraite de me partir un verger sur ma terre. » 

Ayant fait carrière dans la grande région de Montréal, Michel a toujours su qu’il reviendrait dans sa région un jour ou l’autre, lui qui est originaire de Bouchette. Ce n’était donc qu’une question de temps !

Développer la Vallée

Selon Michel, l’emplacement géographique favorable de la Vallée-de-la-Gatineau, près de l’Abitibi et des Hautes Laurentides, ainsi que les possibilités de diversification de la production confèrent à la région un très fort potentiel ! 

« Ottawa, c’est proche. C’est à 1h30 de route et c’est 1,5 millions d’habitants ! C’est un grand village ! C’est une opportunité en or pour nous, pour la région. », commente Michel. « Tout le nord de l’Outaouais est traversé par la 117, la route Transcanadienne ! Les gens peuvent facilement s’arrêter et s’approvisionner pour ensuite repartir sur la route. »  

Toutefois, pour que la région poursuive son développement, il rappelle l’importance de travailler de concert avec les différents acteurs afin d’accroître l’expertise locale. 

Au Verger Merleau, pas question de faire exception à cette règle ! Les gelées sont confectionnées par Marc Gervais du restaurant L’Huile d’Olive, les étiquettes pour les bouteilles sont imprimées à Maniwaki et les bouteilles proviennent d’un fournisseur près de Mont-Laurier, comme c’était l’entreprise la plus proche. 


La relève : vecteur de développement

« Le potentiel [de la Vallée-de-la-Gatineau], on est en train de le développer avec des jeunes qui viennent s’installer ici. »  

Prenons l’exemple de Chantale, une jeune professionnelle, voisine de Michel. Elle a décidé de s’installer dans la Vallée-de-la-Gatineau, de faire de l’agriculture et de démarrer un verger également. Plutôt que de voir ça comme de la compétition, Michel lui prête son équipement et sa machinerie lorsqu’elle en a besoin et Chantale lui rend la pareille en l’assistant lorsque le besoin se présente. 

Quand on demande à Michel s’il se sent comme un mentor, il répond sagement : « Pas vraiment. Les jeunes ont des connaissances et de la drive que je n’ai pas. Alors, je trouve ça super et je dirais plutôt que c’est une complémentarité. » 

N’oublions pas Julien, le fils de Michel, qui est avocat et copropriétaire du verger. Voilà une relève intéressante pour assurer la pérennité du Verger Merleau ! 

Pour terminer, Michel nous rappelle la formule pour une relève gagnante : du capital à investir, de l’enthousiasme et surtout… du rêve !  « Souvent, les gens de la région oublient de rêver. J’aimerais bien me considérer comme faisant partie de la relève, mais j’ai 75 ans, donc je ne peux pas vraiment… Par contre, je peux continuer de rêver ! » 


S’il y a donc un message qu’on peut retenir de la rencontre avec Michel, c’est qu’il ne faut jamais oublier de rêver la région, mais aussi de se serrer les coudes ! Notre région est belle, allez au bout de vos ambitions ! 

+ 

Découvrez d’autres portraits inspirants sur la page des Ambassadeurs !

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER
Partager
Facebook Twitter Email