Découvrez ces lieux hantés de l'Outaouais!

Publié le 31 octobre 2017 - Mis à jour le 31 octobre 2018

Si on vous disait que l’Outaouais n’a rien à envier à qui que ce soit en matière de surnaturel? Qu’elle recèle des secrets et des phénomènes étranges, un peu partout sur son territoire? Oui, l’Outaouais est hantée, et pas juste un soir par année!

À chaque année, l’Halloween est ce moment où tout le monde voudrait secrètement (ou pas) que son logement/bureau/quartier soit hanté, ne serait-ce que pour une soirée. À voir le temps, l’énergie et l’argent que les gens mettent à rendre leur milieu le plus épeurant possible, question de mettre dans l’ambiance les invités au party ou les jeunes déguisés qui viendront sonner, ça s’avèrerait beaucoup plus économique (et, disons-le, authentique) d’avoir un vrai fantôme qui se promène dans votre grenier ou qui claque des portes à l’autre bout du couloir. Et on n’aurait pas besoin de mettre un vampire au visage souriant en plastique ou un squelette articulé en carton sur la porte!

1. Des esprits au Domaine Mackenzie-King

William Lyon Mackenzie-King est un personnage fascinant de la politique canadienne. En plus d’avoir occupé le poste de premier ministre plus longtemps que qui que ce soit d’autre, il a en quelque sorte contribué à la création du parc de la Gatineau, en léguant notamment son domaine aux Canadiens.

Mais de la maison Moorside, Mackenzie-King avait des conseillers politiques bien particuliers : son grand-père, William Lyon Mackenzie, son mentor, Wilfrid Laurier, et sa mère. Seul problème : ils étaient tous morts! On dit même qu’il parlait à Pat, ses chiens décédés (oui, il a eu trois chiens qui s’appelaient tous Pat).

On raconte aussi que certains visiteurs ont ressenti une présence en visitant les chalets du Domaine et qu’il n’est pas rare d’apercevoir, par la fenêtre de la Maison Kingswood, des objets qui ont changé de place dans une pièce vide et verrouillée. À la fin de l’été, la Marche hantée d’Ottawa organise des visites du Domaine.

2. La légende du lac des Fées

Le Lac des Fées, dans le Parc de la Gatineau, a aussi sa légende, soit celle d’une jeune algonquine du nom d’Ik8é (aucune idée comment se prononce un 8…) qui avait deux prétendants qui l’aimaient sans bon sens. Il semble que tous deux avaient leurs charmes car Ik8é n’arrivait pas à choisir avec lequel elle se marierait. Or, les deux courtisans étaient de valeureux guerriers et, une attaque ennemie étant imminente, le père d’Ik8é lui proposa d’accepter la main de celui qui reviendrait sain et sauf du combat. Tristement, les deux laissèrent leur peau sur le champ de bataille…

Démolie, Ik8é se laissa couler dans le lac des Fées… On dit que le soir, les esprits de ses prétendants rôdent toujours sur les rives à la recherche de leur bien-aimée, alors qu’elle est condamnée à les voir pour l’éternité, invisible à leurs yeux.

3. La fille de l’Auberge Symmes

Aujourd’hui, l’Auberge Symmes est un musée d’histoire régionale, mais à l’origine, en 1831, c’était le Aylmer Hotel, construit par Charles Symmes (fondateur d’Aylmer) pour y héberger sa famille qui venait de la région de Boston. Une de ses filles, Hannah, souffrait probablement d’une maladie rare et son père la cachait dans une pièce à l’étage, lors de soirées mondaines. Elle y serait morte de froid, un soir…

Des employés disent avoir entendu des bruits de pas à l’étage et la coordonnatrice du Musée dit même avoir entendu une petite fille lui dire « Goodbye! », au moment de verrouiller les portes, un soir. L’équipe de Bytown Paranormal, qui enquête sur les manifestations surnaturelles, s’est rendue trois fois à l’Auberge. Il semble que la petite fille soit de nature timide car ils n’ont pu l’enregistrer que la troisième fois…

4. Une présence au Pine Lodge de Bristol

Le Pine Lodge est un magnifique hôtel en bois à Bristol, dans le Pontiac. Véritable centre de villégiature, on y trouve un golf et un endroit parfait pour tenir des réceptions. D’ailleurs, il y a quelques années, ses activités d’Halloween ont remporté un grand succès auprès du public mais une fois toutes les décorations rangées et les maquillages enlevés, il semble que l’épouvante n’ait pas eu le mémo et qu’un véritable esprit soit resté sur les lieux. L’hiver suivant, l’équipe de Bytown Paranormal (oui, encore eux!) s’est rendu sur place pour tenter d’enregistrer l’esprit.

Dans une pièce au 3e étage, un des membres de l’équipe a senti une présence. Même si elle ne répondait pas, tous ceux présents ont senti la température descendre de 15° à -3° en quelques minutes… Il semble qu’une baisse de température soit normale en présence d’esprits (on se rappelle du 6e sens) mais personne n’en avait vécu d’aussi intense! Que se passe-t-il au Pine Lodge?

5. Ottawa, ville hantée!

Les histoires abondent chez nos voisins d’Ottawa! De la vieille prison (aujourd’hui une auberge de jeunesse) où rôderait toujours le fantôme de Patrick James Whelan, pendu en 1869 pour avoir présumément tué Thomas d’Arcy McGee, au Musée de la nature où les employés de longue date vous parleront tous de l’aile ouest, où un homme se promène bien après la fermeture… S’agit-il de l’architecte du musée qui s’y serait enlevé la vie? De Sir Wilfrid Laurier dont le cercueil a été exposé ici à sa mort? Personne ne le sait…

On dit aussi que le 5e étage du Château Laurier serait hanté par Charles Melville Hayes. Hayes était en Angleterre pour préparer l’ouverture du Château construit par la compagnie de chemin de fer dont il était le président. Son voyage de retour au Canada a pris fin le 14 avril 1912, puisqu’il était des 1500 personnes qui ont perdu la vie lors du naufrage du Titanic. On dit qu’il serait revenu occuper l’hôtel qu’il n’a jamais pu inaugurer…

La Marche hantée d’Ottawa reste le meilleur moyen d’en apprendre sur toutes les légendes et histoires étranges de la capitale. Les départs se font au 46 ½ Sparks (coin Elgin).

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER
Partager
Facebook Twitter Email